Aller directement au contenu

Fruits et légumes : Morlaix en proie à la colère des cultivateurs

En colère, les cultivateurs bretons ont mis le feu au centre des impôts de Morlaix. Retour sur ce coup de folie incendiaire.

Fruits et légumes : Morlaix en proie à la colère des cultivateurs
La pression fiscale a fini par faire exploser les cultivateurs bretons qui ont mis le feu au centre des impôts de Morlaix.

Une centaine de légumiers ont mis le feu dans la nuit de vendredi à samedi au centre des impôts et à la Mutualité Sociale Agricole de la ville bretonne pour protester contre le ras-le-bol fiscal. Pression, colère, « rien à perdre », autant de raisons qui peuvent expliquer ce geste désespérer. Les réactions pleuvent depuis, les condamnations sont unanimes, Manuel Valls promet d’être sévère.

L’annonce est tombée vers 23h50 vendredi soir. Le centre des impôts de Morlaix était sous les flammes. Les légumiers bretons ettoufés par les taxes et pris dans l’étau de l’embargo russe ont craqué et ont laissé s’exprimer leur colère. Comme les « bonnets rouges » emblématiques de la région, la destruction du lieu qui symbolise leur malheur.

Les réactions se sont suivis et se sont ressemblées : condamnations. Mais il y a toujours des exceptions pour confirmer la règle.

Un contexte d’étouffement fiscal inédit

La tension est à son comble en Bretagne. La volaille, le porc, les légumes, les fruits… aucune filière de l’agroalimentaire n’est épargnée par la crise. Les ventes chutent, les commandes disparaissent en peau de chagrin, la Russie bloque une bonne partie des produits à l’export mais la pression fiscale n’en finit pas de monter.

C’est cette explosion programmée des légumiers qui les a mené à commettre l’ixexplicable. (Vidéo Le Télégramme)


Morlaix. Incendie du centre des impôts par Letelegramme

Des condamnations (presque) unanimes

« Je tire un coup de chapeau à ceux qui ont osé faire ce qu’ils ont fait », a déclaré le président de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles) du Finistère Thierry Merret après l’incendie dans la nuit de vendredi à samedi du centre des impôt et de la Mutualité sociale agricole (MSA) de Morlaix par des légumiers, à nos confrères du Figaro.

Du côté des politiques, on a moins applaudi l’initiative.

Manuel Valls a dénoncé sans limite cet incendie criminel pour lequel il veut se montrer exemplaire dans la sanction. Les légumiers sont prévenus.

Petit retour en tweets sur ces condamnations :

 

 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend