Aller directement au contenu

Programme National d’Alimentation : la boulangerie réduit les teneurs en sel

La Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie a signé en début de semaine un accord collectif avec la gouvernement, dans le cadre du Programme National pour l'Alimentation.

La Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie a signé en début de semaine un accord collectif avec la gouvernement, dans le cadre du Programme National pour l’Alimentation. La semaine dernière, l’entreprise Herta avait elle-aussi signé un accord collectif. 
 
La boulangerie artisanale s’engage ainsi à réduire la teneur en sel des baguettes. D’ici fin 2014, 80 % d’entre elles devraient respecter le niveau maximal de 18g de sel par kilo de farine, seuil préconisé par l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses). L’Association nationale de la meunerie française et la Chambre syndicale française de la levure sont mobilisées aux côtés de la Confédération nationale de la boulangerie et boulangerie-pâtisserie française dans ce but.
 

Les boulangers s’engagent pour les économies d’énergie

L’accord prévoit également des solutions pour les boulangers en termes d’économies d’énergie et vise à les sensibiliser aux enjeux du développement durable et à la lutte contre le gaspillage alimentaire. « Avec plus de 32 000 artisans boulangers qui accueillent plus de douze millions de consommateurs quotidiennement, l’impact d’un tel accord sur l’alimentation des Français sera très important, le pain étant le principal contributeur des apports de sel dans l’alimentation », déclare le ministère de l’Agroalimentaire dans un communiqué. 
 

PNA : les engagements des autres filières

D’autres secteurs ont confirmé leur intention de s’engager dans le cadre du Programme National pour l’Alimentation. Le secteur des boissons sans alcool projette de diminuer de 5 % le taux moyen de sucres pour 80 % de ses boissons d’ici 2015 et d’arrêter les publicités télévisées sur les créneaux d’audience regroupant plus de 35 % d’enfants de moins de 12 ans, comme préconisé par un rapport publié en janvier. La filière charcuterie souhaite s’engager sur une diminution de 5% du sel et des lipides sur 10 nouvelles familles de produits d’ici à 2015. 
 
Enfin le secteur des céréales petit-déjeuner pour enfants, envisage de réduire la teneur moyenne en sucres des céréales chocolatés (-18,8%) et des céréales miel/chocolat-caramel (-8,8%) sur plus de 60 % de ses produits. Ces propositions d’engagements devront être examinées par les comités d’experts du dispositif des accords collectifs.
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend