Aller directement au contenu

Un tiers des IAA ne possède pas de système de management des allergènes

Un tiers des entreprises du secteur agroalimentaire ne dispose pas de système de management des allergènes, démontre une étude de SGS Survey.

Un tiers des entreprises du secteur agroalimentaire ne dispose pas de système de management des allergènes, démontre une étude de SGS Survey. Par ailleurs, 67 % des personnes interrogées manquaient de connaissances concernant les seuils autorisés d’allergènes au niveau international, rapporte Food Navigator.
 
Via différents labels, les industriels ont la responsabilité d’identifier les éléments allergènes présents dans leurs produits et de déterminer ceux qui pourraient entraîner une contamination du process de fabrication.
 

Les différentes régulations sur les allergènes provoquent des confusions

Mais selon Evangelia Komitopoulou, de SGS, « le manque de consensus global sur les seuils acceptés pour les allergènes signifie que les risques allergènes sont interprétés de manières différentes par les industriels ce qui conduit à une surutilisation de l’étiquetage préventif ».
 
Cela provoque de la confusion pour les consommateurs, qui ignorent donc le plus souvent les indications concernant les allergènes. La multiplicité des étiquetages a de plus renforcé la complexité opérationnelle pour les entreprises. En conséquence, les erreurs d’étiquetage et les rappels de produits sont plus fréquents. Une harmonisation entre les États est nécessaire selon l’étude. 
 

Minimiser le risque de contamination croisée

A titre d’exemple, selon la réglementation européenne, 14 allergènes doivent être signalés sur les étiquettes (cacahuètes, noix, soja, moutarde, œufs, lupin, lait, poisson, céréales contenant du gluten, sésame, céleri, dioxyde de souffre, mollusques et crustacés) alors qu’ils sont 8 aux Etats-Unis (lait, œufs, cacahuètes, noix, soja, blé, poisson et fruits de mer).
 
De même, l’indication de risque de contamination croisée est également utilisée à outrance selon l’étude. La plupart des entreprises se basent sur la réglementation HACCP pour définir le seuil d’allergènes. Cette réglementation oblige à mettre en place un système de contrôle approprié, cependant, elle ne définit pas de seuil réglementaire .
ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Le snacking poursuit son ascension

Le snacking poursuit son ascension

Boissons, pizzas, sushis, salades, sandwiches… un univers dynamique qui répond aux nouvelles habitudes des Français : +10% en volume ! Près d’1 Panier …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend