Aller directement au contenu

Cartes postales gourmandes : A la découverte des innovations alimentaires à l’etranger

Les vacances sont souvent propices à l’évasion, au dépaysement et à la découverte de nouvelles régions ou même de nouveaux pays. Quelque soit l’endroit où l’on se trouve, il y a toujours ces fameuses boutiques “pour touristes” qui vendent les spécialités gastronomiques dites locales et régionales. 

Les vacances sont souvent propices à l’évasion, au dépaysement et à la découverte de nouvelles régions ou même de nouveaux pays. Quelque soit l’endroit où l’on se trouve, il y a toujours ces fameuses boutiques “pour touristes” qui vendent les spécialités gastronomiques dites locales et régionales.

 

Mais n’allez pas croire que pendant que les Bretons sirotent leur verre de cidre au petit-déjeuner, les Dijonnais eux se font des tartines de moutarde, qu’au Japon on se nourrit exclusivement de sushis ou qu’au Maroc l’on ne jure que pas le coucous.

 

Selon moi, pour découvrir la culture alimentaire d’un pays, il n’y a pas meilleur endroit qu’un supermarché : les rayons et les produits, parfois surprenants pour un “étranger” sont à mon sens très révélateurs des préférences et des modes de consommation. Une petite expédition qui m’est devenue incontournable et qui se révèle toujours très enrichissante.

 

En ce retour de vacances estivales, j’ai donc proposé à mes lecteurs de partager leurs découvertes. En route pour un petit tour du monde gourmand !

Commençons avec Franz qui durant son séjour en Pologne, a été étonné de retrouver sur la table du dîner un tube de ketchup vendu sous la marque McDonald’s.

communication-agroalimentaire-ketchup-mc-donald

“L’idée de commercialiser le ketchup (qu’on ne trouve habituellement qu’en petits sachets dans ces fameux restaurants gastronomiques) m’a paru intéressante, dans ce pays où le premier Mc Do, ouvert peu après la chute du mur à Varsovie, avait été pris d’assaut par des Polonais affamés tout à la fois de « culture » occidentale, de nourriture « exotique » et… de fast food !”

Pour ma part, en Italie je suis tombée nez à nez avec des distributeurs automatiques qui risquent bien de casser tout un mythe gastronomique…

communication-agroalimentaire-distributeur-pizza

Votre part de pizza ou votre plâtrée de pâtes prêtes en 2 min chrono, si si !

Direction l’Australie maintenant où Lucie est restée sceptique face à cette sauce tomate vendue sous forme de pots de yaourt, et qui faisait plutôt penser à un yaourt au ketchup…  

communication-agroalimentaire-pizza-sauce

“C’est assez intéressant de voir à quel point on est peu prêt (en tout cas nous) à accepter un changement de packaging en alimentaire”.

 

Restons dans l’hémisphère sud, mais cette fois en Afrique du Sud. Alexandre se souvient d’un produit rencontré dans les rayons pendant qu’il faisait ses courses :

communication-agroalimentaire-jus-raisin

“Pris en 2009 dans une supérette de Stellenbosch (région du Cap), ce cliché traite moins d’habitudes alimentaires que de la macédoine socio-culturelle de la « Rainbow Nation ». En Afrique du Sud on perçoit rapidement un sérieux problème de boisson, du genre alcoolisée et pas chère.


Pour qu’aucun client ne soit en reste, les rayons de vins et spiritueux sont conséquents. Minoritaires dans le pays, les pratiquants musulmans (comme les Malais du Cap) sont ciblés par cette bouteille au pictogramme « halal ». Mais contrairement à ce que le packaging veut laisser penser (bouteille bordelaise, mention de « boisé », etc.), il ne s’agit pas de vin mais d’un… jus de raisin ! Peu importe le flacon tant que l’on imagine l’ivresse ?”

Il n’est pas toujours nécessaire d’aller très loin pour s’évader et rencontrer quelques curiosités. A Lyon, Karim s’est laissé tenté par une virée gourmande aux États-Unis avec une pâtisserie combinant 2 de leurs produits superstars : un cheesecake aux Oréos qu’il recommande vivement ! 

communication-agroalimentaire-cheesecake-oreos

Véritable Temple alimentaire, la Grande Épicerie de Paris est l’endroit rêvé pour faire voyager les papilles et les pupilles, entre produits d’exception et autres produits innovants. Au hasard des rayons, Marjorie est tombée sur une préparation pour risotto mêlant des morceaux de fruits, et qui l’avait laissée quelque peu dubitative :

communication-agroalimentaire-rizofruit

“La Grande Epicerie de Paris c’est un peu le comble du bobo chic gastronomique. Au détour des allées je suis tombée sur ces paquets de riz plutôt insolites et originaux. A l’époque – il y a plus d’un an – j’imaginais le goût assez gloubi-boulga que cette préparation pouvait avoir.


Pourtant j’ai dégusté dernièrement un très bon risotto avec quelques grains de grenades et morceaux de fraises (pas celui du paquet, ndlr)”. Comme quoi il ne faut jamais dire fontaine je ne boirais jamais de ton eau !”

Merci à Alexandre, Franz, Karim, Lucie et Marjorie pour m’avoir régalée avec leurs découvertes gourmandes.

Marion D. du blog  Ce que Feuilletés et Gourmands disent…

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend