Aller directement au contenu

Faire visiter son usine : les conseils à suivre

Il n'est pas nécessaire aux IAA d'investir énormément pour mettre en place une visite de leur usine. Mais le projet reste complexe, en particulier en raison des fortes contraintes d'hygiène.

Faire visiter son usine : les conseils à suivre
A Bayonne, Pierre Ibaialde propose des visites du saloir et séchoir à jambons.

Rares sont les entreprises agroalimentaires à regretter d’avoir mis en place un circuit de visite destiné aux consommateurs. « Le plus souvent, elles regrettent de ne pas l’avoir fait plus tôt », affirme Cécile Pierre, directrice de l’Adeve.

Visite d’IAA : ne pas oublier la dégustation

Pour une visite réussie, mieux vaut cependant suivre quelques conseils. En venant visiter une entreprise agroalimentaire, les consommateurs ont en effet des attentes. D’une part, ils veulent comprendre comment fonctionne l’usine et comment est fabriqué le produit. D’autre part, ils veulent pouvoir faire usage de leurs sens : regarder mais aussi manipuler et sentir les produits.

Pour une IAA, il est ainsi primordial de prévoir une dégustation des produits. Mieux encore, de faire goûter les produits et les matières premières au cours de la visite et non après. Autre suggestion : faire tester les nouveaux produits aux visiteurs, qui aiment prendre part au processus de création.

Ouvrir son usine au public : un investissement de 5 000 euros suffit

Certains entreprises investissent plusieurs millions dans le tourisme industriel. Mais il n’est pas forcément nécessaire de réaliser un investissement important pour mettre en place un circuit de visite. Sans compter les frais de fonctionnement, 5 000 euros sont suffisants, selon Cécile Pierre. Cela permet de prendre en charge les contraintes en termes de sécurité et d’hygiène, la signalétique et un guide.

Il est d’ailleurs possible de mettre en place la visite progressivement, en fonction des liquidités disponibles mais aussi des retours des visiteurs, pour améliorer le parcours.

Et si la mise en place de ce nouveau moyen de communication n’est pas forcément très onéreux, il peut être complexe à appréhender pour les IAA. « Il s’agit d’entreprises de production qui se lancent dans un métier de service, ce qui est très différent », explique Cécile Pierre.

ParLa rédaction
En vidéo
Les plus lus
Dossiers thématiques
Transport et logistique : Les nouveaux défis pour l'industrie agroalimentaire

La réduction de l'impact énergétique et environnemental est certainement le plus gros défi que l'industrie agroalimentaire doit relever pour ses opérations de logistique et ses transports de marchandises. Comment ? En optimisant la chaîne logistique par …

Equipements, process, emballage et conditionnement : Les nouveautés à connaître absolument en 2019!

Chaque année, les nouvelles applications et solutions sont présentées dans les différents salons professionnels nationaux et internationaux, à destination de l’agroalimentaire. Entre innovation et technologie, voici une petite compilation (non exhaustive) des nouveautés proposées en 2019, en équipements et process (partie 1), mais également en emballage et conditionnement (partie 2).

Boulangerie : Les nouvelles solutions pour les défis à venir

L'industrie est en train de changer, grâce à la numérisation et l'automatisation, l'évolution des habitudes alimentaires et les désirs des consommateurs, par une mobilité croissante, de nouveaux concepts de vente et la tendance vers des produits de qualité spéciale, individuels et élevés. Les normes et les tendances des prochaines années du secteur de la boulangerie sont définies. Les différents salons réunissant les boulangers, pâtissiers, …

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend