Aller directement au contenu

Claire Morenvillez nommée Présidente de Cultures Sucre

Claire Morenvillez a été nommée Présidente de Cultures Sucre, succédant ainsi à Cyril Lesaffre, qui l’a présidé pendant 2 ans. Diplômée en droit, et titulaire d’un Master de l’ESCP et de Sciences Po, Claire Morenvillez, 37 ans, a été, près de 10 ans, consultante dans différents cabinets d’affaires publiques et de communication. Depuis septembre 2016, Claire Morenvillez est responsable Affaires publiques, …

Claire Morenvillez nommée Présidente de Cultures Sucre
« Ma nomination est un témoignage de modernité. Ma priorité sera de porter un discours apaisé et d’assumer une posture responsable sur la consommation de sucre ». Claire Morenvillez, Présidente de Cultures Sucre ©Franck de Visme

Claire Morenvillez a été nommée Présidente de Cultures Sucre, succédant ainsi à Cyril Lesaffre, qui l’a présidé pendant 2 ans. Diplômée en droit, et titulaire d’un Master de l’ESCP et de Sciences Po, Claire Morenvillez, 37 ans, a été, près de 10 ans, consultante dans différents cabinets d’affaires publiques et de communication. Depuis septembre 2016, Claire Morenvillez est responsable Affaires publiques, chargée notamment des relations parlementaires et institutionnelles au sein de la Direction des Relations Extérieures de Tereos, premier sucrier français, deuxième groupe sucrier mondial. 

«Ma nomination est un témoignage de modernité. Ma priorité sera de porter un discours apaisé et d’assumer une posture responsable sur la consommation de sucre» a déclaré Claire Morenvillez. «On ne peut gagner en crédibilité qu’en portant un propos authentique (…) Au sein de Cultures Sucre, ma mission sera de porter la voix de la filière dans le débat public et de travailler à la défense d’un ingrédient d’origine naturelle fortement, et très souvent injustement, attaqué. Pour cela, il est nécessaire de revaloriser le sucre, d’apporter de l’objectivité dans le débat et de donner, au consommateur, les clefs d’une meilleure alimentation. Cela implique de lutter contre les discours simplistes, les idées reçues et les polémiques sur le sujet. Mais plutôt que de se figer dans une posture défensive, je préfère miser sur toute la fierté qu’il y a à tirer d’un produit issu de la nature, d’une production locale, et « made in France ». 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend