Aller directement au contenu

Exportation : Le bœuf français reprend le chemin de la Chine

Après 17 ans d’embargo, le bœuf français sera bientôt exporté en Chine. Le protocole sanitaire d’exportaion des viandes bovines françaises a été signé par Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Ni Yuefeng, ministre de l’Administration générale des Douanes chinoises, à l’occasion du déplacement en Chine du Premier ministre Edouard Philippe. Cette signature est le …

Exportation : Le bœuf français reprend le chemin de la Chine
Après 17 ans d’embargo, le bœuf français pourra s’exporter en Chine dès le mois de juillet. © Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Après 17 ans d’embargo, le bœuf français sera bientôt exporté en Chine. Le protocole sanitaire d’exportaion des viandes bovines françaises a été signé par Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, et Ni Yuefeng, ministre de l’Administration générale des Douanes chinoises, à l’occasion du déplacement en Chine du Premier ministre Edouard Philippe. Cette signature est le point d’orgue d’une procédure administrative longue de plusieurs années, imposée par les autorités sanitaires chinoises. Conformément au vœu exprimé par les Présidents chinois et français, dans une déclaration commune signée à Pékin le 9 janvier 2018 à l’occasion de la visite d’Etat d’Emmanuel Macro, la procédure a été accélérée pour que les viandes françaises accèdent au marché chinois dès le mois de juillet 2018.

Les viandes françaises accéderont au marché chinois dès le mois de juillet

Il s’agira de viandes de bovins de moins de 30 mois, sans os, congelées ou réfrigérées, en9ères ou hachées. Le gras recouvrant la carcasse, de qualité alimentaire, pourra bénéficier des mêmes conditions d’exportation. Une dernière étape reste à franchir : l’administration chinoise compétente (CNCA) doit agréer les entreprises françaises candidates à l’exportation, après l’inspection sanitaire conduite en France du 30 avril au 9 mai dernier. Le rapport d’inspection vient d’être communiqué ce jour par le CNCA aux autorités françaises, qui donneront les suites appropriées. Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation, se félicite de cette signature qui «témoigne de la pleine mobilisa0on du Président de la République, du Premier ministre et de l’ensemble du gouvernement pour offrir des débouchés à nos filières. Nous sommes ainsi sur tous les fronts : au plan national avec la défense du projet de loi EGA au Parlement et à l’international avec la signature de cet accord très important pour la filière bovine mais aussi pour la reconnaissance de l’excellence sanitaire française».

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend