Aller directement au contenu

Ingrédients : Jean-Paul Cadoret rejoint la start-up foodtech Algama qui a levé 3,1 M€

La start-up foodtech Algama, qui fournit des ingrédients alimentaires à base d’algues, annonce l’arrivée de Jean-Paul Cadoret à la tête de son département R&D. Il dirigera toutes les activités scientifiques de la start-up.Ce recrutement s’inscrit dans une phase d’expansion d’Algama, rendue possible grâce à une levée de fonds réalisée en septembre 2019. De nombreux investisseurs – Blue Horizon Ventures, …

Ingrédients : Jean-Paul Cadoret rejoint la start-up foodtech Algama qui a levé 3,1 M€
La start-up foodtech Algama, qui fournit des ingrédients alimentaires à base d’algues, annonce l’arrivée de Jean-Paul Cadoret, biologiste marin et moléculaire, spécialiste des algues, à la tête de son département R&D

La start-up foodtech Algama, qui fournit des ingrédients alimentaires à base d’algues, annonce l’arrivée de Jean-Paul Cadoret à la tête de son département R&D. Il dirigera toutes les activités scientifiques de la start-up.
Ce recrutement s’inscrit dans une phase d’expansion d’Algama, rendue possible grâce à une levée de fonds réalisée en septembre 2019. De nombreux investisseurs – Blue Horizon Ventures, Horizons Ventures, CPT Capital, Veginvest, Beyond Impact, Alwyn Capital, avec le soutien de  BPI France – ont en effet misé sur le fort potentiel d’Algama, à hauteur de 3,1 millions d’euros.

Exploiter les algues de manière agro-industrielle

L’arrivée de Jean-Paul Cadoret au poste de « Chief Scientific Officer » permettra à Algama d’accélérer ses activités de recherche et développement. Convaincus que la nourriture de demain doit être écologiquement sourcée et que les consommateurs aspirent à des aliments plus sains et nutritifs, ses co-fondateurs Alvyn Severien et Gaëtan Gohin, souhaitent en effet renforcer leurs efforts pour exploiter les algues de manière agro-industrielle.

Jean-Paul Cadoret, titulaire d’un doctorat en Océanologie (EPHE Montpellier), est biologiste marin et moléculaire, spécialiste des algues, et président de l’EABA (European Algae Biomass Association) qui, entres autres, fait le lien entre le secteur de la recherche et celui de l’industrie. Il a débuté sa carrière en 1984 à l’HEPC au poste de responsable de site ostréicole, puis il intègre l’Ifremer en 1988 au sein du Laboratoire de Génétique et Pathologie de Invertébrés Marins. En 2001, il crée son équipe de recherche au sein du laboratoire Physiologie et Biotechnologie des Algues de l’Ifremer Nantes, dont il prendra la tête en 2005. Il deviendra ensuite directeur de l’unité de Biotechnologies Marines regroupant plusieurs laboratoires jusqu’en 2015. En parallèle, il co-fonde en 2008 Algenics, une start-up de biotechnologie. Puis il  prend la direction de Greensea, une entreprise de valorisation des algues, jusqu’en janvier 2020, lorsqu’il rejoint Algama en tant que Chief Scientific Officer. Il est l’auteur de 70 publications scientifiques, a déposé 8 brevets, et intervient régulièrement en tant qu’expert auprès de l’Ademe, l’ANR (L’Agence Nationale de la Recherche), le SBIR (Small Business Innovation Research), la Commission Européenne, le FRNT Québec (Fond de Recherche Nature et Technology ), ou encore l’Université de Hong Kong.

Une alternative inédite, écologique et durable

«La recherche récente dans le domaine des algues permet de tirer parti des formidables ressources qu’elles offrent. Notamment celles qui permettent de concevoir une alternative inédite, écologique et durable, aux protéines animales», explique Jean-Paul Cadoret. «J’adhère pleinement à l’ambition d’Algama de devenir l’acteur européen majeur en matière de conception des produits alimentaires à base d’algues. Et je suis ravi à l’idée de participer à ce projet ambitieux, visionnaire, et qui a déjà à son actif de nombreuses preuves de succès».
Alvyn Severien, PDG et co-fondateur l’Algama ajoute : «Son arrivée représente une étape importante dans la stratégie de déploiement de nos technologies et brevets à l’international, celui qui va permettre à nos équipes scientifiques de s’agrandir avec le recrutement de nouveaux profils, d’enrichir leur spectre de recherches, et d’affiner l’extraction et la formulation de nos ingrédients».



ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend