Aller directement au contenu

L’olive de Nîmes, la dernière petite protégée de Bruxelles.

La Commission Européenne a, jeudi 4 novembre dernier, décerné le statut d'Appellation d'Origine Protégée (AOP) à l'olive de Nîmes. Originaire de la variété locale Picholine, l'olive de Nîmes, préparée en saumure selon la recette traditionnelle dite « à la Picholine », possède une pulpe juteuse et craquante au goût légèrement salé.

La Commission Européenne a, jeudi 4 novembre dernier, décerné le statut d’Appellation d’Origine Protégée (AOP) à l’olive de Nîmes. Originaire de la variété locale Picholine, l’olive de Nîmes, préparée en saumure selon la recette traditionnelle dite « à la Picholine », possède une pulpe juteuse et craquante au goût légèrement salé. Selon les syndicats des oléiculteurs du Gard qui avaient acquis en 2006 l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), l’olive de Nîmes se soumet à un cahier des charges très rigoureux, ce qui lui a valu sa reconnaissance nationale et qui légitime aujourd’hui sa reconnaissance européenne. Par ailleurs, l’obtention d’une appellation, en ce qui concerne les olives, nécessite que ces dernières obéissent à certains critères de texture, de qualibrage et de qualités gustatives. Plus de 1 000 produits européens bénéficient actuellement d’une protection de la législation européenne que ce soit sur la protection des indications géographiques, appellations d’origines et des spécialités traditionnelles.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend