Aller directement au contenu

Lustucru : les salariés obtiennent gain de cause.

Les faits remontent au 2 décembre 2003 : l’usine de riz de Lustucru, filiale de Panzani, située à Arles, subit des inondations. Les dégâts sont importants, et les salariés sont au chômage technique. Le groupe obtient 15 millions d’euros de la part des assurances pour réparer les dommages directs et rétablir la situation.

Les faits remontent au 2 décembre 2003 : l’usine de riz de Lustucru, filiale de Panzani, située à Arles, subit des inondations. Les dégâts sont importants, et les salariés sont au chômage technique. Le groupe obtient 15 millions d’euros de la part des assurances pour réparer les dommages directs et rétablir la situation. Seulement, Lustucru estime alors que réhabiliter cette usine insuffisamment productive aurait un coût bien trop élevé… La société décide alors de garder les 15 millions et de licencier les salariés… Quoi de plus normal ?

Bien entendu, les employés montent aussitôt au créneau, accompagnés des syndicats.

  • En janvier 2008, les prud’hommes d’Arles condamnent ces licenciements abusifs. Panzani fait appel.
  • La cour d’appel d’Aix-en-Provence, en juillet 2010, considère que les licenciements « étaient dépourvus de cause réelle et sérieuse ». Cela ne suffit pas à Lustucru, qui se pourvoit en cassation.
  • Eh bien, jamais deux sans trois !  La cour de cassation a rejeté le pourvoi de Lustucru, entérinant ainsi cette longue procédure juridique.

La société devra donc définitivement payer plus de 2 millions d’euros de dommages et intérêts à la soixantaine de salariés directement concernée par les licenciements abusifs.

Bien entendu, la CGT félicite cette décision qui rappelle une bonne fois pour toutes que les employés étaient « dans leur droit ». Mais cette réparation financière « arrachée aujourd’hui à Panzani » ne suffira pas à effacer « le préjudice subi depuis huit ans par les ex-Lustucru, dont la plupart sont toujours au chômage et dans une situation financière et humaine inacceptable », a rappelé le syndicat. Une mobilisation pour l’emploi aura lieu lors de la journée d’action intersyndicale, le 11 octobre 2011.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend