Aller directement au contenu

Mettler Toledo présente la version 7 du British Retail Consortium sur la sécurité des aliments

Mettler Toledo détaille la version 7 du British Retail Consortium (BRC) sur la sécurité des aliments pour les industriels de l'agroalimentaire.

Mettler Toledo présente la version 7 du British Retail Consortium sur la sécurité des aliments
La version 7 du BRC est sortie et Mettler Toledo la détaille pour vous.

Les normes internationales du BRC (British Retail Consortium) portant sur la sécurité des aliments sont les plus appliquées dans le monde entier avec plus de 22 000 fournisseurs de produits alimentaires dans 123 pays qui en tiennent compte dans le cadre de leurs livraisons principalement aux distributeurs anglais et scandinaves. Le BRC a publié la version 7 de ses normes internationales qui remanie la version précédente.

Cette version 7 du BRC entre en vigueur en juillet 2015, vise à étendre la mise en œuvre de bonnes pratiques de fabrication aux domaines souvent touchés par des rappels et des retraits de produits, comme la gestion de l’emballage et de l’étiquetage. Mais qu’est‐ce qui diffère de la version 6 ? Une portée plus vaste. Outre les matières premières, elle englobe désormais l’emballage et les emplacements stratégiques pour l’installation d’une technologie d’inspection de produits.

La clause 3.5.2.1 exige la mise en place d’une procédure documentée d’acceptation des matières premières, de l’emballage et d’autres composants comme l’échantillonnage, le test et l’inspection visuelle des produits. Dans le cas où l’emballage est confié à un tiers, la clause 3.5.4.2 de la version 7 exige désormais un audit du site documenté par un auditeur expérimenté qui englobe la sécurité des produits, la traçabilité, l’analyse des risques et points de contrôle critiques (Hazard Analysis Critical Control Points) et les bonnes pratiques de fabrication (BPF).

La détection des corps étrangers

La clause 4.10.1.1 des versions 6 et 7 stipule qu’un audit HACCP doit être réalisé sur chaque chaîne de production. Il permet d’identifier les principaux risques de contamination sur la chaîne suite à une analyse des ingrédients bruts, du processus de fabrication et de l’emballage utilisé. Les fabricants de produits alimentaires pourront ainsi choisir les systèmes d’inspection de produits les plus adaptés et les installer aux points de contrôle critiques les plus efficaces. À l’instar de la version 6, la version 7 précise que les chaînes de production doivent intégrer un système d’identification des contaminants, comme un détecteur de métaux ou un système d’inspection par rayon X, selon la nature des risques de contamination.

Par exemple, si des éclats métalliques peuvent se retrouver sur votre chaîne de production, vous opterez de préférence pour un détecteur de métaux. La version 7 autorise les fabricants à les placer à n’importe quel endroit de la chaîne, à condition qu’ils « valident et justifient » cet emplacement (clause 4.10.1.2). Les deux versions imposent aux fabricants d’isoler les contaminants du processus de fabrication à l’aide d’un appareil de rejet automatique et d’un bac de rejet verrouillable. Version 7 : la clause 4.10.3.2 va plus loin en recommandant l’installation de cette technologie à chaque point de contrôle critique. Les détenteurs de marque peuvent ainsi localiser la source de la contamination et prendre des mesures préventives afin de minimiser les risques d’incidents à l’avenir.

Des contrôles formels de l’emballage et de l’étiquetage

Un étiquetage correct La clause 5.2 de la nouvelle norme spécifie désormais que l’étiquette des produits doit respecter les exigences légales et que le fabricant doit identifier et citer tous les matériaux allergisants connus manipulés sur site, notamment les ingrédients bruts, les auxiliaires technologiques, les produits intermédiaires et finis, et tous les ingrédients qui entrent dans le développement de nouveaux produits. Il doit créer une liste répertoriant tous les produits qui ne renferment pas d’allergènes et qui doivent être protégés contre toute contamination (version 7 : clause 5.3.2). La clause 6.2 de la version 7 demande également aux fabricants de mettre en place des contrôles formels de l’emballage et de l’étiquetage pour que seul l’emballage nécessaire immédiatement soit disponible sur les machines de conditionnement afin de ne fournir que des impressions correctes. En présence d’un équipement d’inspection par vision, les fabricants doivent s’assurer que le système est bien configuré et capable de signaler ou de rejeter les produits mal étiquetés (version 7 : clause 6.2.5).

Une maintenance efficace

Les deux versions des normes internationales du BRC imposent aux fabricants de produits alimentaires de mettre en œuvre des procédures de surveillance des conditions et de maintenance afin d’examiner en continu les performances de chaque machine de contrôle. Ils peuvent dès lors être alertés en cas de problèmes de sensibilité de détection afin d’y remédier avant qu’ils ne s’aggravent. La clause 4.10.3.4 a été mise à jour dans la version 7. Elle exige des contrôles obligatoires à l’aide d’un équipement de détection des métaux sur des pièces de test sélectionnées en fonction des risques encourus et des matériaux appropriés (par exemple, métaux ferreux ou non‐ferreux). Les contrôles doivent être effectués à la vitesse habituelle d’exploitation et il est indispensable de valider la bonne temporisation de l’appareil de rejet qui évacue les contaminants.

Le signalement des incidents

Dans les deux versions, la clause 4.10.3.5 exige que, suite à l’échec d’un test, tous les produits fabriqués depuis le dernier test réussi soient isolés à des fins de contrôle. Des mécanismes d’alerte adéquats doivent également être mis en place pour signaler tout problème de contrôle aux opérateurs et pour attester de la mise en œuvre de toutes les procédures appropriées en cas de rappel de produits. Même si les normes n’en font pas mention, ces mécanismes doivent être maintenus aussi longtemps que possible pour se protéger contre les réclamations qui peuvent être déposées des années après que le produit ait quitté l’usine.

Les gouvernements, les distributeurs et les consommateurs se soucient de plus en plus de la sécurité des aliments. De plus, des mises à jour de réglementations, comme les normes internationales du BRC version 7, entrent constamment en vigueur. Les fabricants de produits alimentaires doivent comprendre toutes les nouvelles directives et prendre des mesures pour s’assurer de la conformité parfaite de leurs systèmes d’inspection de produits. Ce comportement est vital pour le bien‐être des consommateurs, pour la protection de leur réputation et pour le développement de leur entreprise sur des marchés lucratifs.

 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Inuline, ingrédient à l’honneur
Inuline, ingrédient à l’honneur

«10 tendances clés en matière d’alimentation, de nutrition et de santé 2020», tel est l’intitulé du nouveau rapport de New Nutrition Business qui fournit …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend