Aller directement au contenu

Ex-Spanghero: Un nouveau repreneur pour la Lauragaise ?

Plus gros scandale agroalimentaire depuis la crise de la vache folle, le Horsegate a laissé des traces et La Lauragaise, ex-Spanghero peine à se relever.

Ex-Spanghero: Un nouveau repreneur pour la Lauragaise ?

 Le tribunal de commerce de Perpignan (Pyrénées-Orientales) a mis le 4 juin en redressement judiciaire La Lauragaise, née en juillet 2013 suite à la chute précipitée de Spanghero. Le scandale de la viande de cheval a laissé des traces et un an plus tard, la société de Laurent Spanghero peine à se relancer. Ce dernier affirme pourtant avoir déjà trouvé un repreneur. Verdict dans ces prochains jours. « Je regarde toujours comment boucler les fins de mois », confiait Laurent Spanghero à la fin de l’année 2013. Trouver des contrats, poursuivre l’activité de La Lauragaise coûte que coûte. Laurent Spanghero, qui souhaitait sauver sa société semble n’avoir plus qu’une solution : la cession. 

La Lauragaise, une société née du Horsegate

Révélé au Royaume-Uni mais prenant rapidement une ampleur européenne cette fraude à la viande de cheval qui consistait à faire passer de la viande de cheval pour du bœuf a eu raison de la société Spanghero. Le 5 juillet 2013, l’offre de celui qui avait, en 1970, fondé l’entreprise, Laurent Spanghero, est retenue par le tribunal de commerce de Carcassonne. Près de 100 emplois sont sauvés et la PME s’est relancée, fragilement. Désormais baptisée La Lauragaise s’est attelée, un an durant à regagner la confiance des consommateurs. Mais comme nous vous l’annoncions sur le site d’agro-media le 28 mai, Laurent Spanghero a pourtant demandé son placement en redressement judiciaire, signe que la crise n’est pas finie.

Un repreneur mystère déjà en lice

Ce 4 juin, alors que Laurent Spanghero s’adressait à ses salariés sur le site de La Lauragaise à Castelnaudary (Aude), le tribunal de Commerce de Perpignan rendait sa décision. La mise en redressement judiciaire est lancée avec une période d’observation de six mois. Le 4 décembre 2014, une nouvelle cession du tribunal devrait ainsi sceller le sort de La Lauragaise. Son patron Laurent Spanghero a pourtant déjà affirmé qu’un repreneur s’était déjà manifesté. « J’ai un repreneur qui devrait permettre une poursuite d’activité beaucoup plus pérenne », a déclaré mardi à l’AFP Laurent Spanghero, qui n’a pas détaillé le projet. Affaire à suivre. I.B.

ParImane_Bouzar
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend