Aller directement au contenu

Avec Le Coin du Marin, Ô’Poisson souhaite proposer plus de produits issus de la pêche française

En France, les deux espèces de poisson les plus consommées sont le saumon et le cabillaud. Cela n’encourage pas une consommation locale et durable puisque ces deux poissons ne sont pas pêchés ni élevés dans les eaux françaises et, du fait de leur popularité, sont soumis à une pression de pêche importante qui les menace. C’est donc pour encourager les …

Avec Le Coin du Marin, Ô’Poisson souhaite proposer plus de produits issus de la pêche française
Avec Le Coin du Marin, Ô’Poisson souhaite proposer encore plus de produits issus de la pêche française. «Aujourd’hui, notre offre est composée de 75% de produits de nos côtes, l’objectif est de 85% d’ici à la fin de l’année, puis 95% en 2022», précise la Maison Hennequin.

En France, les deux espèces de poisson les plus consommées sont le saumon et le cabillaud. Cela n’encourage pas une consommation locale et durable puisque ces deux poissons ne sont pas pêchés ni élevés dans les eaux françaises et, du fait de leur popularité, sont soumis à une pression de pêche importante qui les menace. C’est donc pour encourager les Français à consommer autrement que la poissonnerie en ligne Ô’Poisson lance son «Coin du Marin». L’idée est de proposer des poissons 100% vendéens, expédiés le lendemain de la commande, qui font découvrir de nouvelles saveurs et une autre manière de manger du poisson.

L’objectif est d’arriver à une offre composée de 95% de produits des côtes françaises en 2022 

Ô’Poisson est la boutique en ligne de la Maison Hennequin, une poissonnerie familiale créée dans les années 1960 à L’Île-d’Yeu propose un vaste choix de poissons frais, coquillages, crustacés, conserves de poissons, poissons fumés, soupes de poisson et produits de la mer. L’idée de créer une nouvelle catégorie de produits est née il y a plusieurs mois, et s’inscrit dans la démarche locale de la poissonnerie. « On s’est dit qu’il serait intéressant de proposer d’autres poissons à nos clients, et notamment des espèces nobles ou peu connues, comme le turbot sauvage, le tacaud, la plie, la sole ou encore le Saint Pierre », explique la Maison Hennequin. Le problème, c’est que ces espèces sont souvent débarquées de façon aléatoire. Il fallait donc trouver un moyen de les mettre en ligne rapidement et facilement dans une catégorie dédiée, et avec un jour de départ imposé pour le client. Avec Le Coin du Marin, Ô’Poisson souhaite proposer encore plus de produits issus de la pêche française. «Aujourd’hui, notre offre est composée de 75% de produits de nos côtes, l’objectif est de 85% d’ici à la fin de l’année, puis 95% en 2022», précise la Maison Hennequin.

Garantir la provenance et la traçabilité

Le Coin du Marin évolue quotidiennement, en fonction de ce qui est disponible. Il suit la pêche du jour, et l’offre est limitée, comme si on était à la criée. Les arrivages sont disponibles à la vente sur le quai virtuel d’Ô’Poisson uniquement le matin entre 8 et 12 heures. Le poisson est préparé et emballé directement sur place, sans intermédiaire. À la différence des autres produits du site, qui ont des arrivages plus réguliers, les commandes sont expédiées dès le lendemain de la commande, afin de garantir une fraîcheur exceptionnelle. Les produits sont livrés en 24 à 48 heures chez les clients. Chaque produit est accompagné du nom du bateau et du port de pêche dont il provient.

Ô’Poisson privilégie les poissons et crustacés de saison, pêchés de façon raisonnée, avec des petits bateaux et une méthode de pêche respectueuse de l’environnement. «La poissonnerie en ligne garantit à ses clients la qualité, la fraîcheur, la provenance et la traçabilité de ses produits. Elle leur fournit un service sur mesure, et essaie de répondre aux demandes particulières en termes de découpes, de grosses pièces, et de produits nobles et rares» précise la Maison Hennequin.

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques
Dossiers d’Analyse
Croissance mondiale pour le snacking
Croissance mondiale pour le snacking

Les habitudes de consommation et les attentes en termes de snacking ont-elle changé avec la pandémie liée au Covid-19? «La crise de la …

En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend