Aller directement au contenu

Covid-19 dans l’agroalimentaire : La recherche et l’innovation, le levier de sortie de crise selon Valorial

Mise en réseau, accroissement de la visibilité, ingénierie conseil sur des projets de R&I collaboratif ou sur la stratégie d’innovation, ressourcement et veille… tels seront les défis qui s’annoncent pour l’industrie agrolimentaire en cette période de crise sanitaire.  Alors que la France est dans une phase de reconfinement qui touche à nouveau l’ensemble des secteurs économiques dont les filières …

Covid-19 dans l’agroalimentaire : La recherche et l’innovation, le levier de sortie de crise selon Valorial
© Valorial

Mise en réseau, accroissement de la visibilité, ingénierie conseil sur des projets de R&I collaboratif ou sur la stratégie d’innovation, ressourcement et veille… tels seront les défis qui s’annoncent pour l’industrie agrolimentaire en cette période de crise sanitaire. 

Alors que la France est dans une phase de reconfinement qui touche à nouveau l’ensemble des secteurs économiques dont les filières alimentaires, Valorial accompagne dans leurs transitions et le développement de leurs projets d’innovation, les «innov’acteurs». Le pôle a mené une enquête auprès de ses adhérents entre fin août et mi-septembre afin d’avoir un état des lieux des impacts de la Covid-19 sur les activités de ses adhérents en 2020 et de recueillir leurs perspectives pour 2021. 

Il s’agissait également de mieux comprendre l’évolution des pratiques de Recherche et d’innovation dans ce contexte de crise. Voici les principaux enseignements de cette enquête représentative de la diversité des membres de Valorial. Il en ressort notamment une volonté affichée des IAA adhérentes de renforcer leurs activités de recherche et d’innovation en 2021 par la mobilisation de tous les moyens techniques, humains et financiers, afin d’endiguer la crise et d’anticiper dès aujourd’hui les défis de demain. 

© Valorial

Baisse d’activités en 2020 et effet taille pour les IAA 

«Sur le 1er semestre 2020, la Covid-19 a eu globalement un impact négatif sur le chiffre d’affaires (ou le budget) des adhérents de Valorial (IAA, fournisseurs, équipementiers, organismes de recherche, organisme d’enseignement supérieur…) , explique Valorial. «Pour la majorité, le CA a diminué avec des pertes d’activités lors du confinement et après. Les perspectives d’activités du 2nd semestre conduisent à un effet de rattrapage qui ne « sauvera pas » pour autant l’année : 40% des adhérents de Valorial projettent une baisse de leur chiffre d’affaires ou de leur budget sur 2020». 

Pour les entreprises agroalimentaires, le bilan 2020 sera différent selon la taille des entreprises. Le CA des PME pourra varier d’une baisse de -15% pour les unes à des hausses de +15% pour d’autres tandis que l’activité 2020 sera plus homogène dans les entreprises de plus de 250 salariés (stable ou légère baisse). Ce contexte sanitaire a aussi entrainé des perturbations (retard, décalage, report) sur l’activité et les projets de recherche et d’innovation (R&I), qui auront cependant été préservés en 2020. 

Quelles perspectives pour 2021 ?

Pour 2021, près de 50% des répondants projettent une augmentation de leur CA/budget par rapport à 2020. «Ils sont plus attentistes sur les perspectives de rentabilité et les niveaux d’investissements. Soulignons que ces opinions ont été exprimées fin août-début septembre, période pendant laquelle régnait un climat de confiance plus élevé que fin octobre-début novembre», précise Valorial. Les perspectives de la fin d’année 2020 et pour 2021 pourraient s’assombrir avec une situation sanitaire dégradée. 

La recherche et l’innovation en 2021 : levier principal de sortie de crise

Les adhérents de Valorial accorderont une place prépondérante à la R&I dans leurs activités en 2021. A minima elle sera au niveau de 2020 pour plus de la moitié, tandis qu’ils sont 42% à prévoir une augmentation. Concernant les IAA, alors que les plus de 250 salariés déclarent en majorité un « statut quo » entre 2020 et 2021, les IAA de moins de 250 salariés semblent compter sur la recherche et l’innovation pour se différencier de leurs concurrents et pour régénérer de l’activité perdue en 2020. 

Tous les pans de la R&I seront travaillés : alignement des axes prioritaires de R&I à la stratégie de l’entreprise, mobilisation de moyens supplémentaires (humains, financiers ou techniques) pour 30% d’entre elles. «Nos adhérents prévoient d’intensifier en 2021 leurs collaborations de R&I avec des tiers (clients, fournisseurs, équipe de recherche…) » ajoute Valorial.  Pour près de la moitié d’entre eux, une priorité sera donnée à des projets donnant des retombées économiques ou des impacts positifs sur le court terme.

Les stratégies d’innovation envisagées

Pour 2021, 85% des structures interrogées prévoient de revisiter leurs axes de R&I prioritaires, soit sous la forme d’ajustement (44%), soit par un travail plus conséquent et approfondi (41%). Complémentairement c’est aussi l’organisation de cette activité de R&I qu’il est prévu de revoir (74%), plutôt sous la forme d’ajustements.  Pour 2021, des stratégies de collaborations différentes se dégagent selon que l’on soit une IAA de moins de 250 salariés ou de plus de 250 salariés. Alors que les plus petites entreprises sont une majorité à déclarer qu’elles s’appuieront sur davantage de collaborations ou de partenariats avec la recherche, des centres ou instituts techniques, des clients ou des fournisseurs, les plus grandes entreprises restent plus prudentes en ne prévoyant majoritairement pas de changements par rapport aux pratiques de 2020.

(Source Valorial) 

ParLa rédaction
Dossiers Thématiques

Zoom sur 15 produits inox

C’est l’un des matériaux les plus employés dans l’agroalimentaire pour, entre autres, sa résistance et sa facilité d’entretien. Nous vous proposons un zoom …

Dossiers d’Analyse
En vidéo

Vous êtes hors ligne

Send this to a friend